Les histoires avortées du Papouchet

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce matin, je m’arrache du lit à dix heures. Quinze jours pour préparer un exposé, mais pour l’amour du risque, je décide de commencer le jour même. J’évalue les chances de ne pas me planter à deux sur dix. Ce qui n’est pas si mal, finalement.

A midi, je suis assis dans la bibliothèque. Je peine à me concentrer dans la moiteur ambiante. Après avoir douloureusement rédigé une page, une grosse goutte de sueur s’écrase mollement sur la feuille. Chier, je recommence. L’atmosphère est anxiogène, et ce d’autant plus qu’en face de moi, un petit joufflu à lunettes m’observe avec insistance.

Je m’en fous, j’écris. Au bout de trois quarts d’heure, ça y est : c’est bien, c’est bon, c’est fluide. Dix minutes plus tard je m’arrête, je réfléchis, puis je me relis. C’est une bouse.

Concentre-toi Papouche, concentre-toi. Impossible. La fille à côté de moi se racle la gorge toutes les trente secondes. RRRac, RRRRaaac. Je lui fais mon regard le plus noir, le plus terrifiant. Elle ne me voit pas.

J’ai changé de place, cette fois c’est la bonne. Je sens l’inspiration couler dans mes veines et je perçois déjà les visages empreints d’admiration de mes auditeurs. Clac-clac-clac-zrouit-zrouit-ZROUIT-ZROUIT. Je suis à côté de la photocopieuse. ZROUIT-ZROUIT. Une vieille photocopieuse, putain.

Après avoir photocopié l’équivalent d’une Pléiade de Victor Hugo, le gars s’en va. Enfin. Je me lance. Un petit coup d’œil à ma montre, tout de même : Il est 14h30. Dans trente minutes j’ai cours. Merde.

Le moment venu, je ne suis pas très en forme. Devant les trois marches de l’estrade, j’ai le sentiment gênant d’être un poulpe qui tente de monter un escalier. J’y parviens, au prix d’un effort inhumain.

Me voilà assis devant une centaine de paires d’yeux, mi-curieuses mi-distraites. Je jette un coup d’œil rapide à mes notes : je n’y vois que des dessins en forme de gelée. C’est inquiétant. Le prof me salue presque chaleureusement, je m’empresse de lui répondre un « Gggnnn » enthousiaste. Aïe.

A suivre…

Le Papouchet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s