Vacheries imaginaires

Cet article n’a strictement aucune prétention scientifique.

Les vaches semblent être les habitantes les plus actives dans cette région : ça tinte de très bonne heure et jusqu’à la nuit. Une vie de vache c’est vachement vache. On a quand même inventé l’adverbe vachement un jour. On s’est quand même dit que la vache valait bien une messe, que dis je, un sanctuaire dans la langue française… Certes, l’expression est un peu passée de mode depuis que le nombre de jeunes dans les lycées de campagne décroît chaque année un peu plus. D’autant que c’est vachement moche vachement. Mais passons, on a quand même osé. Ca pose bien cette question de la géographie des expressions et de leur plus ou moins grande caducité à mesure qu’on s’éloigne d’un point d’ancrage initial. Peu de gens disent vachement à Paris et on ne sait pas forcément d’où pourraient bien venir toutes nos expressions courantes.

Courantes, c’est bien ce dont il s’agit : elles courent jusqu’à s’enfuir, elles passent. Quelques chanceuses deviendront des expressions, point, qui n’ont pas à faire la course, à suivre le temps. J’ai le seum, combien de temps ça peut durer par exemple ? L’emprise anglaise dans la langue, redoublée par le verlan. Avoir le seum c’est vachement moche et pourtant, on le dit tout le temps.

J’ai l’habitude de m’amuser à écouter la langue des autres : mes ami.e.s, mes profs, mes vieux parents etc. On peut toujours déduire quelque chose de la langue de quelqu’un.e. et ça s’étend bien au delà de sa simple origine sociale. L’autre jour par exemple, je m’amusais à souligner les effets de langue démodés d’une amie. Essayons : tu charries, t’es maboule, fichtre, les petons, fumer comme un pompier, c’est chouette, c’est bat etc etc. Si on les entend, on hausse les sourcils, on sourit un peu, sauf si on a nous même une légère tendance à être démodé.e. Quelques jours plus tard, j’étais avec une autre amie, allemande, qui a étudié dans une école franco-allemande. Elle a donc essentiellement appris un français scolaire et un français de profs entre 40 et 55 ans. Depuis cinq ans, elle fréquente des francophones de son âge ce qui fait que sa langue est en fin de compte assez proche de la mienne . Ce qui est drôle, c’est que dans sa langue française, c’était les expressions argotiques qui passaient mal, par exemple : « ça pue la merde » pour dire « c’est de la merde » (on pourrait d’ailleurs s’interroger sur la remarquable longévité de la merde dans la langue française…). On tolère bien souvent ce qu’on perçoit comme des fautes de langue de nos amis parce qu’on trouve ça drôle et ringard, inapproprié et poétique même quand on parle de merde -si si je vous assure- mais elles nous ramènent toujours à la même question : pourquoi ça ne se dit pas/plus ? On a coutume de distinguer les langues vivantes et les langues mortes, au grand désespoir des profs de latin comme on finit par établir une hiérarchie entre ce qu’on dit et ce qu’on ne dit plus, qui est mort en somme. Pourtant, je crois que c’est aussi simple que ça : si je ne dis plus vachement, c’est que j’habitais en ville et que j’avais oublié la taille des vaches et comme leur cloche pouvait sonner dix heures de suite : je ne voyais plus de vaches donc elle ne devenait pas une obsession. Alors les choses se sont contentées d’être énormément parce que j’avais une idée l’énorme mais elles pouvaient aussi être grosses de ouf parce qu’on vit dans un monde de oufs, pour un temps en tout cas. On peut très bien décider de parler une langue « neutre » : celle des concepts, une langue non marquée par l’espace et le temps mais je crois que cette langue là serait vite à bout de souffle.

Sur ce, je vais réfléchir au spécisme dans la langue française, je vous épargne ça (mais pas d’aller chercher ce que veut dire spécisme…)

Justin(e),

Ardèche, Haute-Savoie, Larzac.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s